A partir de 8 ansJeux de cartes

Test – The Key Meurtres au Golf d’Oakdale

Panique au commissariat de police d’Oakdale ! La crim’ enquête sur 3 meurtres qui ont eu lieu le même soir au golf de la ville, mais les détectives ont tout mélangé ! On a bien les coupables, mais on ne sait pas qui a fait quoi et comment et quand ! On a fait appel à vous en renfort, car depuis votre splendide résolution de l’affaire de la bibliothécaire, vos talents d’enquêteur commencent à être connus de tous. Allez-vous réussir à démeler les différentes affaires et rendre à chaque crime son coupable et ses circonstances ? Attelez-vous sans tarder à The Key Meurtres au Golf d’Oakdale pour prouver que votre réputation n’a rien d’usurpé !

The Key Meurtres au Golf d’Oakdale est un jeu de Thomas Sing illustré par Timo Grubing, édité chez Haba, qui s’adresse à 1 à 4 enquêteurs  à partir de 8 ans pour des parties de 20 minutes.

Ca va swinguer sur les greens !

Dans la boîte, des clés de couleur en bois, autant que de parties uniques que vous pourrez jouer. On trouve également un mystérieux tableau en carton plein de trous, des feutres effaçables, un livret enquêteur et un cache pour chacun des joueurs. Et des cartes, pléthore de cartes indices qui permettront de déterminer les circonstances de chaque crime. Le tout est de bonne facture, pratique et agréable à manipuler, plein de couleurs et on est loin d’un univers sombre de meurtre dans une ruelle glauque.

Côté graphismes, rien de sanglant, tout est suggéré et montrable à des juniors de 8 ans. Aucun motif sordide, le jeu ne rentre pas dans ces détails-là, ni sur les caractéristiques des victimes.

D’accord mais comment qu’on joue ?

Pour les plus vieux d’entre nous, et peut-être même pas seulement eux, le principe de The Key est familier : il vous rappellera ces jeux de Mickey Parade où il faut rattacher à chaque protagoniste ses actions à partir d’indices plus ou moins vagues, du type « Jean-Grégoire n’est pas habillé en vert et ne mange pas une glace au chouchenn en écoutant du Jul » ou « Camille-Edouard a acheté ses actions Googappel pour moitié moins cher que Kévin dont la question était vite répondue ». Le tout étant accompagné de plusieurs tableaux à multiples entrées destinés à vous faciliter la prise de notes. Ici, l’idée est la même, avec un zeste de rapidité en plus et la nécessité d’être économe en indices.

Dit comme ça, le jeu pourrait avoir l’air éminemment ennuyeux, mais ne partez pas tout de suite et laissez le charme opérer.

La mise en place de chaque partie est ultra simple : chaque enquêteur se munit d’un écran dans lequel il va pouvoir écrire ses notes à l’abri des regards, un feutre pour noter, un carnet d’enquête individuel, son chapeau de Sherlock, une loupe, une patte de lapin pour la chance… L’équipe choisit une des clés et la dépose au milieu de la table, puis étale tout autour de la clé et si possible n’importe comment les cartes indices côté carrés de couleur. L’unique contrainte est que tous les enquêteurs puissent farfouiller dans les cartes à leur guise.

Et c’est tout, l’enquête peut commencer !

Chaque écran, super bien conçu, présente les informations suivantes : 3 crimes classifiés par ordre chronologique, et pour chacun, une reprise des 3 coupables, des 3 armes du crime, des 3 lieux du crime et des 3 voiturettes de golf utilisées pour s’enfuir. Plus quelques autres infos qui servent à la fin de la partie pour « encoder » votre réponse sur un code à 4 chiffres.

Chaque carte présente sur une des faces des carrés de couleur, qui sont les mêmes que ceux des clés. A vous de choisir les bonnes cartes pour l’enquête en cours. Par exemple, si vous êtes sur l’enquête de la clé violette, ça ne sert à rien de prendre les cartes qui ne présentent pas de petit carré violet. Et je dis ça y compris pour moi, car ayant confondu marron et violet et ne m’étant aperçue de mon erreur que lorsque deux cartes se contredisaient manifestement, j’y fais désormais particulièrement attention.

Du même côté de la carte, on trouve également quelques renseignements sur ce qu’on va trouver comme indice : sur l’heure du crime, sur le lieu, sur le moyen de fuite, le coupable, etc. Et, surtout, le coût de la carte. Car suivant la précision de l’info, la carte ne vous coûtera pas le même nombre de points d’indice. Exemple : le colonel Moutarde avec le chandelier dans la ludothèque à 19h48, c’est plus précis et donc plus coûteux en points que de savoir qu’il ne se trouvait pas dans la ludothèque avant 19h30.

A force de piocher et étudier des cartes, vous allez pouvoir recouper vos informations et rendre à chaque crime ses circonstances. Quand vous êtes certains de vous, que vous savez que Lady Charlotte a commis son crime avec un club de golf dans la villa à 19h30 et s’est enfuie avec la voiturette bleue, vous devez encoder votre réponse grâce à des tableaux se trouvant dans votre écran. Pas de panique, tout est graphique et super bien exprimé, vous obtiendrez facilement un code à 4 chiffres en fonction de vos combinaisons. Vous pouvez alors vous saisir de la clé restée au milieu de la table. Sauf bien sûr si quelqu’un de plus rapide que vous l’a attrapée avant !

Là, deux écoles s’affrontent : les impatients, qui veulent déjà savoir s’ils ont bon, et les collectifs, qui veulent découvrir tous ensemble les coupables. Nous avons choisi la deuxième option, sans mettre de contrainte de temps particulière après la prise de la clé pour presser les retardataires. Privilège à celui qui a la clé, il peut se saisir du mystérieux carton plein de trous, regarder si son code se trouve dessus et insérer la clé dans le trou correspondant. Si la couleur derrière est la même, c’est gagné ! C’était la bonne combinaison. Tous ceux qui ont la même sont encore en lice pour déterminer le gagnant final. On fait la somme des points des indices pour chacun, celui qui a la clé bénéficiant de l’avantage de pouvoir ignorer une carte parmi les valeurs les plus basses. L’enquêteur qui a le moins de points remporte la partie et le titre de meilleur détective du monde entier de tous les temps du golf.

Hum, ça a quand même l’air bien calculatoire, tout ça !

Alors, non. Ce n’est pas du tout la sensation que nous avons vécue lors de nos parties. La matheuse que je suis s’extasie en effet devant l’algorithme pour générer les cartes, mais en dehors de ça, tout est merveilleusement immersif. Les montres cassées donnent l’heure du crime, les témoins occulaires sont vagues à souhait, on se creuse les méninges pour trouver les brins d’ADN correspondants ou calculer les temps de parcours des voiturettes. On coche des cases, on élimine des possibilités, on garde des infos pour plus tard, et comme tout bon enquêteur, on se gratte la tête en essayant de ne rien oublier et de ne pas se tromper.

La partie de comptage des points en devient presque annexe, tant ce qui compte dans The Key est le voyage déductif qui vous amène à la bonne combinaison. On peut tout à fait la conserver dans les maisons les plus compétitives et mes deux hyènes ne sauraient donc s’en passer, mais malgré ça, la satisfaction jubilatoire d’avoir su retrouver les coupables se suffit à elle-même, même quand on ne gagne pas faute de trop de points. Car il y a aussi une part de chance, dans The Key, pour ne pas tomber sur les mêmes infos plusieurs fois, pour avoir des indices qui se complètent pile poil comme il faut. Comme dans une vraie enquête, nous dit-on d’ailleurs dans le livret.

La question de l’âge des juniors

Le jeu est donné à partir de 8 ans. Si votre junior à vous maîtrise totalement la lecture de l’heure sur une montre à aiguille, s’il sait faire des additions à deux chiffres et a un esprit suffisamment logique pour gérer des phrases du style « le poison n’a pas été utilisé après le meurtre où c’est la coupe qui a été utilisée », ça passera. Sinon, certaines cartes seront trop compliquées pour lui. Dans ces cas-là, pas de panique ! Le jeu peut tout aussi bien se jouer en coopératif avec lui, où papa et maman accompagnent le junior dans ses déductions. Sinon, nous recommandons plutôt le jeu à partir de 9 voire 10 ans, pour les raisons évoquées plus haut, ou de vous tourner vers les versions débutants de The Key, Vols à la Villa Cliffrock ou Sabotages à Lucky Lama Land. Un prochain article devrait paraître pour Vols à la Villa Cliffrock, qui devrait donc nous révéler si cet opus est plus accessible pour nos juniors de 8 ans.

Dans tous les cas, si vous proposez le jeu et constatez que ça ne prend pas car votre junior ne comprend juste pas ce qu’il faut faire, alors c’est qu’il est trop tôt. Il faut être capable de se dire, par exemple, que si c’est le poison qui a été utilisé dans le meurtre numéro 1, alors il ne peut pas être utilisé dans le 2. C’est tout bête, mais ça demande tout de même une certaine maturité logique que les plus jeunes n’auront pas. Sans parler des cartes plus compliquées que j’évoquais plus haut.

Un point qui te chatouille ?

Nous pensons être tombés sur une carte buggée sur une enquête. Dans sa formulation, elle n’est juste pas compatible avec la solution pour l’enquête de cette couleur. Nous l’avons donc mise de côté, et on aurait aimé pouvoir le signaler à l’éditeur avec un numéro de carte mais il n’y en a pas. Mais enfin, vu le nombre des cartes, la probabilité de tomber sur cette carte-là pour l’enquête violette est faible.

[Précision suite à contact de l’éditeur] « Une partie du premier tirage contenait des défauts et toutes les boutiques qui ont eu ces boites sont censées avoir reçu des paquets de cartes pour les remplacer. Haba propose des paquets de cartes complets pour être sûrs qu’il n’y ait pas d’erreur d’échange avec les 5 cartes erronées. » Ce qui permet en théorie aux boites actuellement en vente d’être totalement opérationnelles. Ma boutique ne m’en ayant pas informée, je vais me rapprocher d’eux. Et pour toute personne à qui cela arriverait, vous pouvez faire de même ou en cas de cadeau vous rapprocher d’Haba pour un échange de cartes. En voilà une réaction efficace !

On se posera aussi la question de la rejouabilité. La boîte contient 9 clés, 9 enquêtes différentes, donc. Après ça, on pourrait penser que la boîte est finie et qu’il n’y a plus qu’à la revendre. Mais enfin, à moins d’avoir une mémoire photographique et durable, je vous garantis que vous pouvez refaire la même enquête plusieurs fois. Il suffit de bien mélanger les cartes, il y a tellement de chemins pour arriver (ou pas) à la même conclusion que vous ne revivrez pas la même partie. Pour autant, aurez-vous envie de revoir la binette des mêmes coupables encore et encore, ce n’est pas sûr.

L’avis de Plateau Junior!

Ultra ingénieux, The Key Meurtre au Golf D’Oakdale nous offre une expérience exceptionnelle d’enquête, qui n’est pas sans rappeler les jeux à matrice de notre enfance. Mais en mille fois plus immersif grâce à la diversité et la minutie apportées dans l’élaboration des indices.

On pourra tiquer un peu sur la rejouabilité (« koâââ, seulement 9 enquêtes ??!! Scandaaaale ») mais ce serait se voiler la face sur nos capacités mémorielles et ça, ici, on sait rester très humbles par rapport à notre grand âge, tout ça, tout ça. Au final, c’est plus la perspective de revoir encore et encore les mêmes têtes de coupables qui risque de vous lasser, mais nous, jusqu’ici, cela ne nous est pas arrivé.

Un univers graphique qui reste tout en suggestion et très accessible pour les juniors, des milliers de chemins possibles pour arriver à la solution, la possibilité de choisir d’être gourmand ou sobre en indices pour espérer l’emporter, une réalisation très propre et de qualité pour un prix très raisonnable, tous ces éléments font de ce titre un des incontournables des jeux enquêtes pour les juniors avec des adultes. On a vraiment, mais alors vraiment, hâte d’essayer les autres déclinaisons !

Votre junior aimera si

  • Il aime mener des enquêtes
  • Comme la plupart des enfants, il est prêt à s’embarquer dans une histoire

Votre junior risque de ne pas aimer si

  • Il est trop jeune pour comprendre certains enchaînements logiques
  • Il tombe sur certaines cartes indices trop complexes pour lui

Le trouver

Fiche Technique

  • Un jeu de Thomas Sing
  • Illustré par Timo Grubing
  • A partir de 8 ans
  • Pour 1 à 4 joueurs
  • Pour des parties de 20 minutes

Pour aller plus loin

Il y a à ce jour 2 autres opus disponibles pour The Key, Vols à la Villa Cliffrock – qui fera donc l’objet d’un prochain article – et Sabotages à Lucky Lama Land. Les deux sont classifiés Débutant, toujours à partir de 8 ans, tandis que Meurtres au Golf d’Oakdale est classifié Moyen. L’échelle de classification laisse apparaître un 3ème cran, pour ce qu’on imagine une version confirmée, avec de nouveaux indices sûrement encore plus tordus. Bien évidemment, toute la famille est au taquet pour la suite !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page