A partir de 8 ansJeux de plateauOn teste !

Test – Midnight Exchange

« Pour devenir un parfait cambrioleur, vous aurez besoin de deux choses : un peu de talent, et beaucoup d’organisation. Pour le talent, je ne peux rien pour vous. Pour l’organisation, suivez mes conseils et vous deviendrez une Légende… » Extrait des « Mémoires » de Sarah B, Amatrice d’art et Reine de la Cambriole.

« Midnight Express » est un jeu de collecte frénétique, perpétré par Marie et Wilfried Fort, illustré par Sylvain Aublin et édité par Blue Orange. 2 à 4 apprentis cambrioleurs de 8 ans et plus peuvent participer à la razzia.

Le kit du parfait petit cambrioleur

« Ne vous lancez jamais tête la première dans l’aventure. Tout bon cambrioleur se doit d’acquérir le matériel adéquat, et tout bon cambriolage demande un repérage approfondi du lieu à cambrioler… »

Le premier tour de passe-passe que réussit « Midnight Exchange », c’est qu’à la première ouverture de la boîte, tous les pions en cartons ont déjà été dépunchés et regroupés dans un sac. Quand on comprend qu’il y en a plus d’une centaine et à moins d’être compulsivement accro au depunchage, on remercie Blue Orange pour le coup de main.

On trouve dans cette boîte bien remplie quatre petits plateaux personnages qui représentent autant de cambrioleurs à interpréter. Des encoches sur le pourtour nous permettront d’y insérer le fruit de nos larcins sous forme de petites tuiles ovales.

Ces tuiles sont au nombre de 54 et seront à échanger (à Minuit, bien sûr, d’où le titre) contre l’un des 60 jetons « Objets d’art » ou l’une des 24 cartes « Prestige ». Et c’est bien sûr sur l’un des quatre plateaux Marché Noir que ça se passe.

L’ensemble du matériel est illustré avec brio par Sylvain Aublin. Habitué des jeux Blue Orange, son style se marie ici parfaitement avec l’univers rétro et décalé du jeu.

Les personnages sont de toute beauté et sur les Objets d’art, on trouve de nombreux clins d’œil à la Joconde, à Munsch, à Van Gogh… Même le logo du jeu attire l’œil. Et que dire de cette magnifique illustration de couverture si ce n’est qu’elle est à l’image du jeu : baroque, bouillonnante et parfaitement maîtrisée.

« Maintenant que vous avez réuni le matériel adéquat et que vous connaissez sur le bout des doigts la configuration du lieu à cambrioler, passons à la deuxième étape et au cœur du sujet : le grand escamotage. »

 

Le grand escamotage

Chaque manche de « Midnight Exchange » représente une nuit et se joue en 2 grandes phases :

  • Le Cambriolage où les joueurs fouilleront simultanément une maison.
  • Le Marché Noir où, chacun leur tour, ils échangeront leurs butins contre les œuvres d’art les plus prestigieuses.

Intéressons-nous pour le moment au cambriolage.

En début de partie, les 54 tuiles « Lieu » sont étalées au centre de la table, faces lieux visibles. Elles représentent la maison à cambrioler. On place parmi elles autant de jetons « Fuite », en forme de porte, que de joueurs.

Dès que le joueur le plus jeune chuchote : « Fouillez ! », tous les cambrioleurs se lancent simultanément dans la razzia.

Trois lieux sont représentés sur le verso des tuiles : le garage (tuiles bleues), le bureau (tuiles violettes) et le coffre-fort (tuiles orange). Lorsque vous débutez votre fouille, vous n’avez accès qu’au garage. D’une main, vous retournez une à une les tuiles à la recherche des butins les plus précieux.

Au recto de ces tuiles, on peut hélas tomber sur des tiroirs vide. Dommage… Replacez la tuile et continuez votre fouille.

On peut heureusement aussi mettre la main sur des pierres précieuses, des bijoux, des liasses de billets, des lingots d’or ou des sacoches en cuir bien remplies. Autant de butins que vous pouvez placer ou non sur l’un des 6 emplacements de votre plateau personnage.

On trouve enfin sous ces tuiles des clés qui vous permettent d’ouvrir les autres pièces de la maison. Une clé trouvée dans le garage vous permet ainsi d’accéder au bureau et à toutes les tuiles violettes qui lui sont associées. De même, une clé trouvée dans le bureau vous donne accès aux tuiles orange du Coffre-Fort.

Vous imaginez bien que si l’on trouve beaucoup de tiroirs vides, et quelques liasses de billets dans le garage, c’est une toute autre histoire dans le Coffre-Fort, où s’entassent de précieux butins, et notamment les lingots d’or.

L’inconvénient, c’est que chaque tuile clé est elle aussi placée sur l’un des 6 emplacements de votre plateau personnage et prend la place d’un butin.

Dès que vous avez rempli les 6 emplacements de votre plateau, précipitez-vous vers la sortie. Saisissez-vous pour cela du jeton « Fuite » (en forme de porte) indiquant le plus petit numéro, et annoncez aux autres joueurs que vous êtes sorti.

Quand l’avant-dernier joueur sort à son tour, cela met immédiatement fin à la fouille du dernier joueur qui reçoit le jeton « Fuite » restant.

« Ne commettez pas l’erreur de nombreux cambrioleurs débutants : n’entreposez jamais votre butin. C’est la meilleure manière de terminer vos jours sous les verrous. Au contraire, refourguez-le au plus vite. J’ai, personnellement, une petite préférence pour l’achat d’œuvres d’art. En ces périodes troublées, vous n’aurez aucun mal à trouver un Marché Noir où écouler vos larcins et faire de profitables échanges. »

Ma boucle d’oreille contre un Van Gogh

6 emplacements de butins, ça n’est décidément pas beaucoup. Comment décider alors s’il faut voler des liasses de billets plutôt que des bijoux, des lingots d’or plutôt que des pierres précieuses ?

Si vous ne le savez pas, c’est que je ne vous ai pas encore parlé de la seconde phase de chaque manche : Le Marché Noir.

Au début du jeu, on installe sur la table autant de plateaux Marché Noir que de joueurs.

On place aléatoirement sur chacun d’eux autant de jetons « Œuvres d’art » et de cartes « Prestige » qu’indiqué.

En haut à gauche de chaque plateau « Marché Noir » se trouvent dessinés un ou plusieurs butins. Il s’agit du coût à payer pour mettre la main sur l’un des jetons ou l’une des cartes de ce plateau.

Chacun leur tour, en suivant l’ordre des jetons « Fuite », chaque cambrioleur peut effectuer un échange. Premier sorti, premier servi…

A la fin de la partie, chaque jeton « Œuvre d’art » argenté vaudra 1 point de prestige et chaque jeton doré, 2 points.

Pour leur donner plus de valeur, il vous faut les exposer dans de magnifiques écrins. C’est ce qu’offrent les cartes « Prestige » : des bibliothèques finement sculptées, des vitrines dorées à l’or fin, des guéridons de bois rare, qui valent 2 points par défaut, mais vaudront bien plus si vous y entreposez les jetons « Œuvres d’Arts » demandés.

Autant vous dire qu’on ne se lance pas tête la première dans les phases de cambriolage. Avant chacune d’elle, va naturellement s’instaurer une phase de planification où vous évaluez vos besoins en fonction de l’offre du Marché Noir.

De quels jetons « Œuvre d’Art » avez-vous besoin pour compléter vos cartes Prestige ? Quelles cartes « Prestige » seront les plus rentables en fonction de vos jetons « Œuvre d’Art » précédemment acquis ?

Et du même coup, quels butins voler pour les acquérir ? Des butins de faibles valeurs seront-ils suffisants pour que votre fouille se cantonne au Garage ? Ou allez-vous devoir partir à la recherche des clés pour accéder au Coffre-Fort et aux butins les plus rares ?

Forcément, les premiers cambriolages se font un peu à l’aveugle. Mais plus les manches se succèdent, plus vous assimilez la répartition des butins et plus votre planification s’affine…

Attention, toutefois… S’affiner ne veut pas dire être fiable.

Car comme dans toute bonne histoire de cambriolage, les choses ne se passeront pas toujours comme prévu. Chaque type de butin étant en quantité limitée, si les autres joueurs raflent avant vous ceux que vous convoitiez, il va falloir vite rebondir.

Dans la panique, l’un des moyens pour retomber sur ses pattes consiste à mettre la main sur les sacs de cuirs au contenu mystérieux. Quand vient l’heure de la phase du Marché Noir, chacun d’eux vous permet de piocher un jeton « Œuvre d’Art » au hasard dans le stock restant. Un choix pas vraiment optimal mais qui évitera à un joueur malchanceux de repartir les poches vides.

« Pourquoi devenir Collectionneur d’Art me direz-vous ? Pourquoi ne pas simplement succomber à l’appel des liasses de billets ? Tout simplement parce que quand il sera l’heure pour vous d’écrire vos mémoires, et par là-même, votre Légende, vous deviendrez des Ladies ou des Gentlemen respectés, quand beaucoup de vos confrères ne seront à jamais que de vulgaires bandits de bas étage… »

Fuite et Fin

« Midnight Exchange » est un jeu frénétique et addictif… Très addictif… Après de nombreuses parties dans différentes configurations, un point de règle nous a toutefois chagriné, notamment dans une configuration à 2 joueurs ou avec de jeunes Juniors (le jeu pouvant se jouer dès 8 ans).

Il s’agit de la condition de fin de fouille qui veut que dès que l’avant-dernier joueur termine sa fouille, il met immédiatement fin à celle du dernier. Autant dans une partie à quatre joueurs, cela peut s’entendre, autant à deux joueurs, ce concept est extrêmement punitif si le premier pioche rapidement les butins dont il a besoin. Il est tout aussi punitif pour les 8-9 ans qui ont l’impression d’être coupés dans leur élan. D’autant que les plus grands seront bien souvent plus rapides qu’eux, ayant les nerfs plus solides et étant plus à même de modifier une stratégie en cours de fouille.

Nous avons donc opté pour une variante : laisser un peu de marge au dernier joueur en entamant un décompte de 5 à 10 secondes lorsque l’avant-dernier termine sa fouille. Loin d’enlever de la tension, cela rajoute une sacrée ambiance autour de la table et offre au dernier joueur un sprint final bien stressant.

L’Avis de Plateau Junior!

Délaissant pour une fois le jeu pour Marmots, Marie et Wilfried Fort signent avec ce jeu familial, un véritable coup de maître.

Même s’il paraît très classique sur le papier, la véritable originalité du jeu tient dans la phase de fouille et son système de clés, qui saura instaurer tension et frénésie autour de la table.

Il ne serait pas étonnant de retrouver ce concept dans de futurs jeux, agrémenté de variations mécaniques ou dérivé dans d’autres univers. On imagine sans mal un Dungeon Crawling pour enfants basé sur cette mécanique où pour battre de vilains monstres, il faudrait arpenter les salles d’un donjon et récupérer tout un tas d’artefacts et de potions, et où… Mais je m’égare, je m’égare…

Vous l’aurez compris, « Midnight Exchange » est par chez nous un véritable coup de cœur… Et nous ne pouvons que vous inciter fortement à découvrir ce jeu passé quelque peu inaperçu…

On aime:

  • La mécanique de fouille vraiment originale
  • Le matériel abondant et de qualité
  • L’ambiance autour de la table

On aime moins:

  • Le jeu à 2 joueurs

Vos Juniors aimeront si…

  • Ils ont les nerfs solides et l’étoffe d’un Arsène Lupin

Fiche Technique

  • Un jeu de Marie et Wilfried FORT
  • Illustré par Sylvain AUBLIN
  • Edité par BLUE ORANGE
  • Pour 2 à 4 apprentis cambrioleurs
  • De 8 ans et plus

Où le trouver:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page